Une question, une remarque ? Envie de dire quelque chose ?
Je m'ai me suis trompé et vous voulez me le faire savoir ? C'est ici !
Et n'oubliez pas le site lui-même : Regards sur la Corée.
Les nouveaux inscrits sont invités à se présenter dans le forum « Les membres ».
Bienvenue sur le forum de Regards sur la Corée

    Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Partagez
    avatar
    niin

    Masculin
    Nombre de messages : 1340
    Localisation : 세계
    Citation : Hallyunique
    Date d'inscription : 12/11/2008

    Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  niin le Dim 27 Déc - 16:49

    Nucléaire: il n'y aura pas de centrale française à Abu Dhabi

    Il n'y aura pas de réacteur nucléaire français à Abu Dhabi. Selon les informations de l'agence Reuters, ce serait le consortium coréen qui aurait remporté le contrat de construction de quatre - projet initial - d'une valeur de 40 milliards de dollars (28 milliards d'euros).

    Au delà de la somme (la plus importante jamais signée au Moyen-Orient) et de la signature de ce marché qui restent à confirmer, les Coréens regroupés autour de Korea Electric Power Corp (KEPCO), Hyundai, Samsung construiront une très symbolique centrale nucléaire du Golfe persique.

    La visite du président Sud-Coréen Lee Myung-bak dans les Emirats Arabes Unis devait servir d'ultime effort diplomatique pour faire avancer la négociation, indiquait samedi le Wall Street Journal. Mais Reuters indique aujourd'hui que le chef de l'Etat coréen pourrait donc repartir avec le contrat signé. La construction de la centrale devrait débuter en 2012.

    Côté français, finaliste de cette table qui comprenait les industriels américains et japonais de General Electric et Hitachi, l'arrivée d'EDF début décembre n'aura pas permis de remporter le contrat.

    Le consortium français, qui travaille sur le projet depuis deux ans, était au départ composée de GDF Suez, du groupe nucléaire Areva et du pétrolier Total. Mais devant la forte concurrence du Coréen et les exigences des Emirats, le trio, poussé par l'Elysée, rappelle l'AFP, a intégré EDF, jusqu'à lui laisser prendre la tête du groupe tricolore en décembre dernier. «C'est le patron de la filière nucléaire française, Nicolas Sarkozy, qui a demandé à EDF d'y aller», explique une source proche du dossier à l'AFP.

    Reste maintenant à expliquer cette défaite à l'export du nucléaire, «fleuron» de l'industrie française. La technologie française se base sur l'EPR, la coréenne sur un réacteur de troisième génération, l'APR-1400, et le groupe japonais sur réacteur à eau bouillante, l'ABWR. Côté français, on avance la question du prix: «Depuis le départ, c'est le problème principal. Les coréens ont fait une offre très agressive. Si Abou Dhabi se décide uniquement sur le prix, on a perdu», remarquait à l'AFP un membre du consortium français. La force de l'euro, face au dollar, malgré une offre de compensation, n'a probablement pas aidé.

    La France, qui a ouvert une base militaire dans l'Emirat, a encore une négociation commerciale en cours avec Abu Dhabi : les rafales de Dassault.

    Les responsables industriels et politiques français n'ont pas encore réagi à cette nouvelle.

    http://www.slate.fr/story/14981/nucleaire-pas-de-centrale-francaise-abu-dhabi
    avatar
    Pr. HWANG

    Masculin
    Nombre de messages : 543
    Age : 120
    Localisation : Toulouse
    Citation : korea is it !
    Date d'inscription : 16/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Pr. HWANG le Mer 30 Déc - 1:04

    Peut importe qu'il prennent le moins disant.
    Mais construire une centrale nucléaire de 4 réacteurs , pour alimenter cet émirat de 1.5 millions d'habitants assis sur un ta de pétrole en plein désert montre bien la gestion calamiteuse des ressources mondiales . je n'interdit pas ces abruti d'avoir leur Tchernobyl , mais l'installation de centrale solaire m'aurait paru plus judicieuse et encore moins chère que l'offre coréene.
    avatar
    niin

    Masculin
    Nombre de messages : 1340
    Localisation : 세계
    Citation : Hallyunique
    Date d'inscription : 12/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  niin le Mer 30 Déc - 3:28

    Il me semble que les EAU n'ont plus de pétrole (ou presque plus), ce qui explique leur orientation récente dans le tourisme pour garder leurs capitaux.

    Sinon, je suis d'accord pour le solaire.
    avatar
    Mosseum Shinlang

    Masculin
    Nombre de messages : 38
    Age : 37
    Localisation : Gard (30)
    Date d'inscription : 13/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Mosseum Shinlang le Mer 30 Déc - 19:34

    Je suis bien content pour la Corée.

    Le grand professeur Hwang aurait dû être conseiller scientifique du Sheik Khalifa bin Zayed al-Nahayan.


    Pour lui expliquer que pour faire tourner son usine de désalinisation d'eau de mer, il aurait dû construire 10 centrales solaires pour égaler la puissance produite par un réacteur nucléaire, que ça lui aurait coûté plus cher dans l'immédiat et que surtout pendant la nuit la production s'arrête (pas de soleil).

    Mais avec tout son pognon et son désert sous le cagnard, je suis d'accord qu'il a tout intérêt à investir à fond dans la R&D pour que l'énergie solaire devienne viable à l'échelle industrielle.
    avatar
    Tipeton

    Masculin
    Nombre de messages : 164
    Age : 36
    Localisation : Seoul
    Date d'inscription : 23/01/2009

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Tipeton le Mar 5 Jan - 11:40

    Il n'ont malheureusement pas beaucoup de place pour le solaire mais que le professeur se rassure ces projets de solaire et de villes auto suffisantes sont en projet là bas.
    Bienvenue à Masdar:
    http://en.wikipedia.org/wiki/Masdar_City
    avatar
    Mosseum Shinlang

    Masculin
    Nombre de messages : 38
    Age : 37
    Localisation : Gard (30)
    Date d'inscription : 13/11/2008

    Succès coréen à Abou Dhabi

    Message  Mosseum Shinlang le Dim 10 Jan - 22:45

    Depuis la semaine dernière, on s'interroge sur les raisons de l'échec français à Abou Dhabi. La recherche de boucs émissaires ne doit pas occulter qu'à côté de cet échec il y a un succès, celui de la Corée du Sud. Figure emblématique des pays émergents, ce pays a grimpé quatre à quatre l'échelle du développement depuis les années 1950. Alors plus pauvre que les pays d'Afrique subsaharienne, il a aujourd'hui un niveau de vie européen. Sa croissance a reposé sur une diversification continue de son industrie. En décembre 2009, l'offre de l'électricien coréen Kepco, associé à Hyundai, Samsung et Doosan, a ainsi évincé celle de General Electric, associé à Hitachi et à Areva, pour la construction et la gestion pendant vingt ans de quatre réacteurs nucléaires. Pour la première fois, un pays émergent remporte la partie sur un marché considéré jusqu'alors comme le pré carré des pays industrialisés. La Corée du Sud s'est imposée sur un marché ouvert où elle ne disposait d'aucun appui politique. Pour ce contrat de 20 milliards de dollars, sa proposition était de 30 % moins chère que celles des concurrents. Toutefois, n'attribuer sa réussite qu'à l'écart de prix est une explication un peu courte. C'est pourtant l'erreur traditionnellement commise depuis que l'on a découvert la concurrence coréenne.

    Au Moyen-Orient déjà, au lendemain du premier choc pétrolier, dépourvue de pétrole, la Corée a transformé ce défi en opportunité en équilibrant son commerce avec les pays pétroliers. Les groupes coréens ont percé sur le marché de la construction d'infrastructures, raflant au passage des contrats, dont la construction du port de Jubail Industrial Harbour Project à Dubaï, aux constructeurs français. Les commentateurs de l'époque attribuaient ce succès à la mobilisation des recrues coréennes. Ils ont été plusieurs dizaines de milliers à échapper à trois années de service militaire en travaillant sur les chantiers du Moyen-Orient. Si le recours à ces bataillons de jeunes recrues a sans aucun doute contribué au succès des entreprises coréennes, il ne l'explique pas. Ils ont sanctionné le savoir-faire des constructeurs coréens, qui continuent d'être des acteurs majeurs sur le marché mondial. Quelques années plus tard, l'industrie française a été à son tour confrontée à la concurrence coréenne sur son propre terrain. Une concurrence fustigée de façon spectaculaire par le secrétaire d'Etat au commerce de l'époque qui, en 1978, a brandi une petite culotte "Made in Korea" à la tribune de l'Assemblée nationale en accusant la concurrence sauvage exercée par les salariés coréens. Une ouvrière du textile gagnait alors dix fois moins que son homologue française. Mais pendant que l'on dénonçait les bas salaires coréens, la Corée se donnait les moyens d'aller au-delà.

    Elle a capitalisé sur sa seule ressource, la main-d'œuvre. Dès les années 1980, les comparaisons internationales classaient les écoliers coréens parmi les meilleurs dans les disciplines scientifiques. Depuis, leur bon classement est régulièrement confirmé par les enquêtes de l'OCDE. La Corée est l'un des pays de l'OCDE qui investissent le plus dans l'éducation, et un tiers de cet effort est financé par les ménages. Près de deux Coréens sur trois fréquentent actuellement l'université. C'est le pourcentage le plus élevé de l'OCDE ! L'industrie coréenne a percé sur le marché mondial sur la base d'une main-d'œuvre qualifiée. Elle a très vite abandonné le textile et s'est éloignée de son avantage comparatif traditionnel pour en construire de nouveaux, car elle anticipait la concurrence chinoise à venir. Ainsi, au grand dam de la Banque mondiale, qui avait condamné ce projet, elle est entrée dans la sidérurgie dès la fin des années 1970 en créant Pohang Iron and Steel Company, désormais l'un des sidérurgistes les plus performants dans le monde. Elle a continué dans la construction automobile – cinquième constructeur mondial –, et sa percée dans la construction navale a été spectaculaire : construisant simultanément le chantier d'Ulsan, qui est le plus grand dans le monde, et deux super-pétroliers que l'armateur grec Niarkos lui avait commandés. Ayant, depuis, évincé le Japon, la Corée est encore le premier constructeur mondial de navires, alors que les salaires coréens ont rattrapé le niveau européen. L'entrée dans les hautes technologies (les composants électroniques puis les télécommunications) a été tout aussi spectaculaire. Au cours de l'été 2009, la Corée a lancé la fusée KSLV-I, développée avec l'aide de la Russie, s'engageant ainsi dans le spatial pour concurrencer l'Inde, la Chine ou le Japon.

    A toutes ces étapes, la Corée a réussi à briser des oligopoles. Les entreprises, appuyées par un Etat stratège, ont fait des paris audacieux, tout en capitalisant sur les savoir-faire et en investissant dans la R&D (recherche et développement). Les deux tiers de l'effort de recherche (2,4 % du PIB) sont le fait des entreprises. L'ambition du prix Nobel conduit parfois à des excès (ainsi la triche du Dr Hwang, qui avait annoncé un clonage en 2006), ces dérives regrettables ne devant pas faire oublier les réussites. Elles sont illustrées, de façon certes imparfaite, par l'évolution des brevets déposés auprès de l'Office américain des marques (USPTO) au cours des vingt dernières années. En 1990, les Coréens déposaient dix fois moins de brevets que les Français, en 2003 ils en déposaient autant et, en 2008, deux fois plus.

    C'est dans ce contexte qu'il faut apprécier le succès coréen à Abou Dhabi. Dépourvue de ressources énergétiques, la Corée a misé sur l'énergie nucléaire dès 1957, lorsqu'elle a adhéré à l'AIEA. Un réacteur de petite puissance a démarré en 1967, et la première centrale est entrée en production en 1978. Aujourd'hui, Kepco gère vingt réacteurs qui assurent la moitié de la consommation d'électricité. Le marché de l'équipement nucléaire a été la chasse gardée des Américains – la présence de 30 000 GI sur le sol coréen y était pour quelque chose – jusqu'à la naissance d'une industrie nucléaire, en 1978. A ses débuts, elle a bénéficié de la coopération avec la France. Lorsque les Coréens ont choisi Framatome pour la construction de deux centrales, ils ont également exigé que ce contrat soit accompagné d'un transfert de technologies. Alstom a coopéré avec Korea Heavy Industries, une entreprise d'Etat rachetée par le groupe Daewoo, pour localiser un certain nombre d'équipements. Depuis, au fur et à mesure qu'elle a construit son parc, la Corée a acquis des technologies auprès des constructeurs américains, français, canadiens, se donnant ainsi les moyens de développer ses propres standards, la centrale KSNP (Korean Standard Nuclear Power Plant), suivie de la KSNP +. Les Coréens ont signé un accord avec l'indonésien PLN pour une étude de faisabilité et négocient en Turquie et en Amérique du Sud… et ils suivent de très près le marché chinois. Le succès remporté à Abou Dhabi leur donne une première référence.

    Depuis la crise asiatique de 1997, l'attention portée à la Chine a relégué à l'arrière-plan les "nouveaux pays industriels" d'Asie. On omet ainsi de replacer l'émergence chinoise dans son contexte asiatique. Un environnement qui a considérablement évolué. On a en effet assisté à la recomposition de l'Asie autour de la Chine : le Japon, Taiwan et la Corée y ont délocalisé leurs productions traditionnelles tout en se renforçant sur leurs points forts. Mais ces pays disposent encore d'une avance technologique considérable sur la Chine : entre 2000 et 2009, les Chinois ont déposé quinze mille brevets à l'USPTO, les Coréens trois fois plus, et les Japonais vingt fois plus. A l'aube de l'année 2010, qui voit la Corée prendre la présidence du G20, le contrat d'Abou Dhabi nous rappelle que le "miracle de la rivière Han" a survécu à la crise de 1997 comme à celle de 2009.

    Jean-Raphaël Chaponnière est économiste AFD, membre d'Asie 21 (Futuribles)

    le Monde :
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/08/succes-coreen-a-abou-dhabi-par-jean-raphael-chaponniere_1288879_3232.html


    Belle ascension !
    avatar
    Pr. HWANG

    Masculin
    Nombre de messages : 543
    Age : 120
    Localisation : Toulouse
    Citation : korea is it !
    Date d'inscription : 16/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Pr. HWANG le Lun 11 Jan - 13:43

    Article intéressant, mais je me pose deux trois questions quand même.
    Comment peut on faire une offre 30% moins chère , ce qui revient a dire pour "trois acheter le 4 eme est offert" mais seulement la on parle de réacteur nucléaire pas de petite culotte.

    En plus l'exemple de l'EPR en finlande montre que même Areva c'est trompé au nivaux de son chiffrage en le sous estimant.

    Alors 30 % mois cher ou c'est un suicide commercial , un dumping pour casser le marcher avec l'état qui renflouera donc commercialement très mauvais, ou bien il vont sortir le pistolet à mastic pour faire la tuyauterie . Mais la on parle de nucléaire , comme le jour ou la chine sortira son A320 30 % moins cher , on pourra se poser des questions sur la sécurité . Car on sait que ce qui coute le plus cher dans ces domaines, c'est justement la sécurité, et il ne faudrait pas que les 30% soit rogner sur ce poste.
    avatar
    Tipeton

    Masculin
    Nombre de messages : 164
    Age : 36
    Localisation : Seoul
    Date d'inscription : 23/01/2009

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Tipeton le Lun 11 Jan - 16:57

    Je pense qu'il s agit de dumping c est quand même kepco qui a récupéré le contrat prestataire unique d électricité sous toutes ses forme en Corée une entreprise d'état comme le fut jadis EDF...
    C est un dumping stratégique qui leur permet de faire une vitrine de ce que peuvent faire les coréens pour le revendre à d autres pays ultérieurement au vrai prix.
    C est un investissement sur de futures commandes rentables qui rembourseront le déficit sur ce projet.

    Dit toi également qu'il y avait jusqu à présent un monopole sur le nucléaire et que les prix fournis par aréva ne devait pas reflété non plus la réalité. Quand il n y a pas de concurrence on gonfle les prix.
    avatar
    niin

    Masculin
    Nombre de messages : 1340
    Localisation : 세계
    Citation : Hallyunique
    Date d'inscription : 12/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  niin le Lun 11 Jan - 17:17

    Je suis d'accord avec Tipeton sur le coté Oligopole (et pas monopole, puisqu'Areva n'était pas seul). Trois ou quatre entreprises dominaient le marché jusque là et pouvait s'accorder sur une échelle de prix ; un nouveau est bien obligé de casser les prix pour se faire une place.

    Ensuite, il y a aussi le fait que la France proposait des centrales nouvelles génération alors que la Corée vend des 3ème génération, ce qui a probablement son impact sur les prix. (sans parler des incidents sur les nouvelles centrales en Finlande qui n'ont pas du jouer en faveur d'Areva)
    avatar
    ideo

    Masculin
    Nombre de messages : 331
    Age : 38
    Localisation : Séoul
    Citation : 삶은 미소다...
    Date d'inscription : 05/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  ideo le Ven 13 Mai - 4:27

    Lolo a écrit:... parlant en connaissance de cause.



    Hahahaha !


    _________________
    avatar
    Sojiro

    Masculin
    Nombre de messages : 119
    Age : 36
    Localisation : La campagne coreenne
    Date d'inscription : 13/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Sojiro le Ven 13 Mai - 11:24

    Les Coréens ne font que de la vulgaire copie du matériel Français et Américain .. en négligeant totalement l'aspect performances et qualité ..... on en reparle d'ici quelques années lors des premiers accidents ... parlant en connaissance de cause.

    Il suffit de comparer une Hyundai a une Renault ! Ahah ce qu'on peut lire de marrant des fois.
    Ca sent le proutprout national.
    J'aurai plutot tendance a dire que ce depend des produits.

    Alors 30 % mois cher ou c'est un suicide commercial , un dumping pour casser le marcher avec l'état qui renflouera donc commercialement très mauvais, ou bien il vont sortir le pistolet à mastic pour faire la tuyauterie . Mais la on parle de nucléaire , comme le jour ou la chine sortira son A320 30 % moins cher , on pourra se poser des questions sur la sécurité . Car on sait que ce qui coute le plus cher dans ces domaines, c'est justement la sécurité, et il ne faudrait pas que les 30% soit rogner sur ce poste.

    Si on decoupe grossierement un prix en cout matiere + cout de construction + frais de fonctionnement interne + marge beneficiaire + cout de developpement, il est possible d'expliquer 30% de difference a qualite/performance egale.

    Je pense que c'est une combinaison de ces facteurs qui fait perdre ce genre de projet a cette entreprise francaise. Je parierai sur des marges trop hautes par meconnaissance du marche face a de nouveaux competiteurs et une certaine innefficacite interne du fait qu'elle vivait dans une situation oligopolistique.
    avatar
    Mosseum Shinlang

    Masculin
    Nombre de messages : 38
    Age : 37
    Localisation : Gard (30)
    Date d'inscription : 13/11/2008

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Mosseum Shinlang le Ven 13 Mai - 18:52

    Sojiro a écrit:
    Si on decoupe grossierement un prix en cout matiere + cout de construction + frais de fonctionnement interne + marge beneficiaire + cout de developpement, il est possible d'expliquer 30% de difference a qualite/performance egale.

    Je pense que c'est une combinaison de ces facteurs qui fait perdre ce genre de projet a cette entreprise francaise. Je parierai sur des marges trop hautes par meconnaissance du marche face a de nouveaux competiteurs et une certaine innefficacite interne du fait qu'elle vivait dans une situation oligopolistique.

    Justement on n'était pas à qualité égale puisque la france proposait des EPR (génération 4) et que la Corée proposait des REP classiques semblables à ceux de notre parc nucléaire (en fait ce sont des APR1400 basés sur un réacteur américain appelé system80 qui n'a jamais vu le jour).

    Le choix a porté sur une R21 plutôt que sur une porsche. Ca peut se comprendre.

    Mais suite à Fukushima, je doute qu'on continue à construire des réacteurs qui sont en-deçà de nos capacités en terme de sûreté nucléaire.

    On verra bien ce que décident l'inde et la chine dans quelques mois, l'avenir de la filière est entre leur main.

    Contenu sponsorisé

    Re: Une centrale nucléaire coréenne aux EAU

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 4:36